Casa Calvet

œuvre d'Antoni Gaudí. l'architecte commença avec la Casa Calvet (1898), son premier immeuble de logements en plein Eixample, une ligne qui fut largement suivie par les auteurs d'autres maisons qui, comme la sienne, firent usage d'éléments baroques ou rococos, tels que les formes ondulées et le traitement particulier de leur superficie irrégulière de pierre sableuse de Montjuïc, les balcons ou les tribunes. Dans la Casa Calvet, Gaudí donna un traitement différencié à chacun des éléments qui conforment le bâtiment. La façade est présidée par une tribune baroque avec des balustrades de fer forgé et des reliefs représentant différents types de champignons en hommage à la passion mycologique d'Eduard Calvet, premier propriétaire de l'immeuble. La décoration de la tribune comprend aussi un écu de Catalogne et un cyprès, symbole d'hospitalité. Il vaut aussi la peine de regarder le vestibule d'entrée ainsi que le rez-de-chaussée, aujourd'hui transformés en restaurant Casa Calvet (Réservation obligatoire au téléphone 934 124 012. Pour davantage d'information, voir On sort, guide des bars et restaurants modernistes). À l'intérieur du restaurant, on a conservé le mobilier du bureau original du négoce textile des Calvet. Parmi d'autres éléments, on remarquera les lampes, les bancs du hall d'entrée ainsi que ceux qui sont adossés au mur, les paravents de bois qui séparaient les différents bureaux, les heurtoirs des portes ainsi que les poutres du plafond.

À la fin du XIXe siècle, une femme, si l’on en croit la documentation il s’agissait de la veuve de Pere Màrtir Calvet, et ses enfants, ont pris en charge la construction, sur un terrain régulier de l’Eixample, d’un immeuble dont la façade devait être discrète avec, toutefois, un certain caractère distinctif. L’architecte qui devait exécuter ce projet n’était autre qu’Antoni Gaudí, et, bien que cela ait été son premier immeuble de logements, il lui a quand même valu de remporter le premier prix de la mairie au meilleur immeuble construit en 1899.

«(…) ses lignes générales aussi bien externes qu’internes et ses détails dénotent une personnalité artistique bien définie, ainsi qu’un bon goût et une certaine originalité qui brillent dans les élévations en même temps que dans la disposition utile de cette maison.»

La Casa Calvet attire l’attention au premier coup d’œil par sa façade apparemment très régulière et symétrique, peut-être même trop simple pour une œuvre de Gaudí. Mais il faut toujours y regarder à deux fois: en commençant par le couronnement de la façade lui-même, il est évident que la ligne courbe joue un rôle majeur (précédent, dans une certaine mesure, de la Casa Batlló), avec les arts appliqués dans les ornementations en fonte. La régularité est aussi altérée dans l’alternance des balcons aux formes rectangulaires et circulaires, ces derniers suspendus sur des consoles sculptées, et dans les balustrades travaillées en fer forgé. L’élément principal à remarquer est la tribune de l’étage noble, où vivaient les propriétaires, ornementée d’un travail de pierre et de fer forgé. Gaudí n’a pas fait seulement le projet architectural, il a aussi voulu contrôler toute la conception des intérieurs, et tout spécialement du mobilier des appartements, ainsi que la décoration du local du rez-de-chaussée. L’exécution de ces tâches a été confiée à l’entreprise Casas & Bardés.

Au rez-de-chaussée, dans l’espace où se trouve le restaurant, il y avait à l’origine les bureaux de l’entreprise textile des Calvet. Le local a d’ailleurs hébergé, par la suite, des bureaux d’entreprises du même secteur industriel, jusqu’à ce que, en 1994, il soit transformé en restaurant. Pendant toutes ces années, le local a conservé, sans altérations, son caractère propre ainsi que sa décoration. L’un des éléments qui distinguent l’établissement est constitué par les paravents de pin maritime ornés de détails décoratifs végétaux très discrets. Ces paravents séparaient autrefois le couloir menant à l’entrée des bureaux de la gérance et de la comptabilité qui, à l’heure actuelle, accueillent les salles réservées du restaurant. Dans ces trois espaces, le revêtement en bois de la partie inférieure des murs a été conservé, de même que l’un des éclairages originaux, et l’on a placé un meuble-écritoire qui se trouvait dans un des bureaux. Tous ces éléments donnent à ces espaces une ambiance accueillante et tout à fait spéciale.

L’exquise harmonie de l’ensemble est habilement complétée par les détails: les poutres, les poignées de porte, le stuc au feu des murs intérieurs, la bordure décorative qui semble jouer le rôle de console des poutres, etc. Comme l’explique la directrice du restaurant, Pilar Oyaga, on a essayé de conserver l’esprit de l’établissement et, par conséquent, toute la décoration qui a été ajoutée est constituée de pièces de qualité, dans leur majorité des originaux modernistes. Dans les toilettes, en revanche, on a voulu créer une nouvelle atmosphère avec la technique du trencadís inspirée directement des bancs du Park Güell et de l’esprit artisanal du Modernisme.

En laissant les espaces réservés à droite, on parvient au fond du couloir à une salle plus vaste dont l’élément essentiel semble bien être une grande fenêtre. Celle-ci, à l’origine, était toute de verre blanc mais les propriétaires lui ont substitué des vitraux de style modernista, solution qu’ils ont aussi appliquée à d’autres espaces tels que la porte d’entrée du restaurant et certaines fenêtres. Dans cet espace non compartimenté, on remarquera trois bancs de bois, dont deux sont à double face, placés perpendiculairement au mur, et qui faisaient aussi partie du mobilier du bureau. Ils permettent aujourd’hui de définir la distribution des tables en créant un environnement tout à fait particulier. Depuis cette salle, on accède à une pièce aux dimensions plus réduites, qui donne l’impression d’avoir été la salle de réunions de l’entreprise, ce que l’on peut déduire des photographies de l’époque ainsi que des meubles originaux; parallèlement, cela pourrait être confirmé par la présence de la lettre C, comme Calvet, dans le couronnement de la porte d’entrée. Si l’on y prête un peu d’attention, on pourra se rendre compte que l’un des murs de cette pièce est légèrement concave, solution qui agrandit quelque peu la salle et rappelle subtilement le génie créatif dans les formes et les structures qui habitait Gaudí.

Le restaurant Casa Calvet se distingue dans le secteur de la restauration à Barcelone par l’excellence des repas qui sortent de ses fourneaux, une cuisine de création à base essentiellement méditerranéenne. En partant de recettes de cuisine traditionnelles, son chef, Miguel Alija, crée de nouveaux plats dans lesquels priment le respect et le renforcement du goût original du produit de base. Celui-ci est toujours un produit de saison, et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle la carte du restaurant change quatre fois par an, au gré des saisons. Malgré cela, certains plats sont toujours présents sur cette carte, comme le foie-gras, le jambon ibérique ou le foie de canard frais. C’est avec cette prémisse qu’il expérimente avec les saveurs… et le client est souvent agréablement surpris par d’insolites et exquises combinaisons, comme par exemple «le foie de canard frais à la sauce d’oranges amères» ou «la tarte Tatin aux figues avec sa mousse de châtaignes». Que ce soit à la carte ou au menu de dégustation, au restaurant Casa Calvet on peut s’attendre à un repas de haut niveau (45-50 € par couvert en moyenne) qui peut être accompagné des vins de la sélection, aussi vaste que soignée, de sa cave. Il est nécessaire de réserver sa table à l’avance.


Interventions de la Campagne Barcelona, posa't guapa (Barcelone, fais-toi belle)

Restauration des façades, balcons et éléments d'enveloppe (persiennes).
Restauration des façades et balcons.
Amélioration des conditions d'hygiène.


Horaires

Horaire: de 13 heures à 15 heures 30 et de 20 heures 30 à 23 heures; la réservation à l’avance est obligatoire.



Plus d'informations

Tél.: 93 412 40 12
www.casacalvet.es


Obtenir le Guide de la Route du Modernisme de Barcelone

La Route du Modernisme de Barcelone est un itinéraire qui traverse la Barcelone de Gaudí, de Domènech i Montaner et de Puig i Cadafalch, qui ont fait de Barcelone, conjointement avec d’autres architectes, la capitale mondiale du Modernisme. Grâce à cet itinéraire, vous pourrez découvrir à fond des maisons surprenantes, d’impressionnants palais, le temple symbole de la ville ainsi qu’un immense hôpital, mais aussi des œuvres plus populaires et plus quotidiennes telles que des pharmacies, des commerces, des boutiques, des lampadaires ou des bancs, œuvres modernistes qui démontrent que le Modernisme s’est enraciné avec force à Barcelone et qu’il représente encore aujourd’hui un art vivant et vécu.

Le Guide de la Route du Modernisme de Barcelone peut être acquis dans nos centres de Modernisme.

Plus d'information